Chapitre 18


171. Fidélité aux plus petits points de la Loi
172. Parabole de Lazare et du mauvais riche
173. Invitation à l’humilité
174. Jésus quitte la Galilée . Guérison de dix lépreux
175. Aux Pharisiens : Comment arrive le Royaume de Dieu
176. Jésus Se manifeste clairement
177. « Beaucoup seront dans l’insouciance »
178. « Il faudra se détacher de tout ce qui est terrestre »
179. Le Jugement dernier
180. Parabole du Juge et de la veuve



171 -- Fidélité aux plus petits points de la Loi


St. Mat. 5,18 « Car, continua Jésus, Je vous dis en vérité : jusqu’à ce que passent le ciel et la terre, pas un accent ni un trait de la Loi ne passera jusqu’à ce que tout soit arrivé. Celui donc qui aura enfreint un de ces moindres commandements et aura enseigné aux hommes (à agir) ainsi, sera déclaré le moindre dans le Royaume des Cieux ; et celui qui aura pratiqué et enseigné (ces commandements), sera grand dans le Royaume des Cieux. »(1)



(1) On peut remarquer ici, après ce que Jésus déclare aux Pharisiens présents, qu’Il est celui qui respecte et met en pratique toutes les prescriptions de la Loi. Et donc, les reproches que Lui ont faits et Lui font ces mêmes Pharisiens, de ne pas respecter la Loi -par exemple, lorsqu’ils reprochent à Jésus de guérir un jour de sabbat- est absolument sans fondement. Seule, la mauvaise intention de ces gens explique leurs reproches et critiques envers Jésus.




172 -- Parabole de Lazare et du mauvais riche


St. Luc. 16,19 Et Jésus poursuivit en disant : « Il était, une fois, un homme riche qui se revêtait de pourpre et de lin fin, faisant chaque jour bonne chair. Or un pauvre, nommé Lazare, gisait près de sa porte, rongé d’ulcères, et qui désirait se rassasier de ce qui tombait de la table de l’homme riche. Et les chiens venaient, en passant, lécher ses ulcères !...»

« Or, il arriva que le pauvre mourut. Il fut emporté par les Anges dans le sein d’Abraham.(1) Le riche mourut aussi et on le mit dans le tombeau. Dans le séjour des morts, étant dans les tortures (de l’Enfer), levant les yeux, il vit de loin Abraham, et Lazare en sa compagnie. « Père Abraham, s’écria-t-il, aie pitié de moi ! Envoie Lazare pour qu’il trempe le bout de son doigt dans l’eau et me rafraîchisse la langue, car je souffre dans cette flamme ! »(2)

« Mon enfant, dit Abraham, sou- viens-toi que tu as reçu ton bonheur durant ta vie, et Lazare, de même, les maux. Maintenant, il est ici consolé, tandis que toi, tu souffres. Et en ces lieux(3), un grand abîme a été établi entre nous et vous, de sorte que ceux qui voudraient passer d’ici auprès de vous ne le pourraient pas ; et qu’il est impossible aussi de passer de là-bas vers nous. »

« Je te prie donc père Abraham, dit l’homme, d’envoyer Lazare à la maison de mon père, car j’ai cinq frères, et pour qu’il leur fasse savoir (ce qu’il en est) et qu’ils ne viennent pas, eux aussi, dans ce lieu de torture ! »

« Ils ont (l’enseignement de) Moïse et les Prophètes, dit Abraham : qu’ils suivent leurs enseignements ! »

« Non, père Abraham, dit l’autre, mais si quelqu’un d’entre les morts va vers eux, ils feront pénitence. »

« S’ils n’écoutent pas Moïse et les Prophètes, répartit Abraham, même si quelqu’un ressuscite d’entre les morts (et va les renseigner), ils ne seront pas convaincus. »(4)



(1) C’est-à-dire dans le Paradis.

(2) Allusion à l’Enfer.

(3) Ciel et Enfer.

(4) La morale de cette parabole est claire : Si nous rejetons ou négligeons consciemment les exigences de la Foi et de la Religion pour profiter au maximum des plaisirs -même interdits !- de la vie terrestre, une fois celle-ci terminée, on n’aura logiquement plus rien à attendre ; sinon les conséquences de nos abandons religieux et moraux , c’est-à-dire le juste châtiment.




173 -- Invitation à l’humilité


St. Luc. 17,7 « Qui d’entre vous, dit Jésus, ayant un serviteur employé comme laboureur ou comme berger, lui dirait à son retour des champs : « Viens vite te mettre à table !... » ? Mais ne dira-t-il pas plutôt : « Prépare-moi à dîner, et mets ta livrée pour me servir jusqu’à ce que j’aie mangé et bu . Et après cela, tu mangeras et boiras toi-même. » ? Ce maître a-t-il de la reconnaissance envers ce serviteur pour avoir fait ce qui lui avait été ordonné ? De même vous lorsque vous aurez fait tout ce qui vous aura été ordonné, dites : « Nous sommes des serviteurs inutiles ; nous n’avons fait que ce que nous devions faire.»(1)



(1) Dieu n'a besoin de personne ; et nous ne sommes bien, à Son égard, que des serviteurs inutiles. Mais nous devons être de bons et humbles serviteurs de la grandeur de Dieu.




174 -- Jésus quitte la Galilée . Guérison de dix lépreux


St. Luc. 17,11 Jésus Se rendait à Jérusalem en longeant la frontière entre la Samarie et la Galilée ; et comme Il entrait dans un bourg, dix lépreux vinrent à Sa rencontre tout en se tenant à distance.(1) Alors, ils élevèrent la voix, disant : « Jésus, Maître, ayez pitié de nous ! » Les voyant, Jésus leur dit : « Allez, et montrez-vous aux Prêtres ! »(2). Et tandis qu’ils y allèrent, ils furent guéris. Or, l’un d'eux, se voyant guéri, revint en glorifiant Dieu à haute voix. Et il se prosterna, le visage contre terre, aux pieds de Jésus en Lui rendant grâce. Cet homme était un Samaritain. Prenant alors la parole, Jésus lui dit : « Est-ce que les dix n’ont pas tous été guéris ? Où sont donc les neuf autres ? Aucun ne s’est trouvé pour revenir rendre gloire à Dieu (de sa guérison), si ce n’est cet étranger !»


«Levez-vous et allez, dit Jésus, votre foi vous a sauvés ! »



(1) Les lépreux, en ce temps où l’on croyait cette maladie fortement contagieuse par simple proximité, devaient se tenir loin des personnes bien-portantes.

(2) Lorsqu’une guérison miraculeuse ou apparemment telle se manifestait, il fallait faire authentifier l’intervention surnaturelle par les Prêtres du Temple pour juger de la question et manifester le caractère miraculeux de la guérison, si tel était effectivement le cas.




175 -- Aux Pharisiens : Comment arrive le Royaume de Dieu


St. Luc. 17,20 Les Pharisiens demandèrent à Jésus : « Quand donc vient le Royaume de Dieu ? » Jésus leur répondit : « L’arrivée du Règne de Dieu ne doit pas venir de façon à être épié ; et donc on ne pourra pas dire : 'Le voilà ici', ou 'là'. Car le Royaume de Dieu (en fait) est parmi vous.»(1)



(1) « Parmi vous » dans le sens de « à l’intérieur de soi ». En effet, le « Royaume de Dieu » est déjà commencé à l’intérieur du Peuple de Dieu. Par ailleurs, « Royaume de Dieu » et Grâce sanctifiante, ou inspiration de Dieu à l’intérieur des âmes en vue de les sanctifier si elles sont dociles à la Grâce sanctifiante ou aux Grâces actuelles que Dieu met à la disposition de chacun : tout cela constitue le « Royaume de Dieu »





176 -- Jésus Se manifeste clairement


St. Luc. 17,22 Et Jésus dit à Ses disciples : « Viendront des jours où vous désirerez voir un seul des jours du ' Fils-de-l’homme ', et vous ne le verrez pas. Et l’on vous dira : 'Voici qu’Il est là' ; 'Voici qu’Il est ici !' : N'y allez pas. Ne poursuivez pas une telle recherche ! »

« Car, tout comme un éclair étincelant brille d’un point du ciel à un autre point du ciel, de même en sera-t-il du « Fils-de- l’homme » en Son temps.(1) Mais il faut tout d’abord qu’Il souffre beaucoup et soit rejeté par cette génération. »(2)



(1) C’est-à-dire au moment prévu par Dieu où les événements auront à se produire concernant la Rédemption .

(2) Allusion nette, ici, à la Passion qui précèdera, pour Jésus, la gloire de Sa Résurrection.




177 -- « Beaucoup seront dans l’insouciance »


St Mat. 24,37 Jésus poursuivit : « Il en sera du retour du 'Fils-de-l’homme'(1), comme du temps de Noé : De même, dans le temps qui précéda le Déluge, on mangeait et on buvait, (dans l’insouciance : ) ; on épousait et on donnait en mariage..., jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; et les gens ne se doutèrent de rien jusqu’à ce que se produisit le Déluge qui les emporta tous ! Ainsi en sera-t-il de l’avènement du "Fils-de-l’homme."»(1)

St. Luc. 17,28 « Semblablement, comme il arriva aux jours de Lot(2) : on mangeait, on buvait, on achetait, on vendait, on plantait, on bâtissait... Mais le jour où Lot sortit de (la ville de) Sodome, Dieu fit pleuvoir du ciel du feu et du souffre, et Il les fit périr tous. Il en sera de même(3) au jour où le 'Fils-de-l’homme' devra être révélé. »



(1) « Retour » et « avènement » ont ici la même signification : à savoir la « fin des temps», ou « fin du monde ». Jour où Jésus Se manifestera visiblement dans le monde pour le Jugement Général.

(2) Lot était le neveu d’Abraham ; il était établi avec sa famille dans les environs de la ville de Sodome ; celle-ci fut détruite de fond en comble par un gigantesque séisme consécutif à l’immoral comportement général des habitants de cette cité.

(3) cette expression « de même » concerne le caractère de soudaineté de l’événement annoncé ; et non pas la destruction des vivants.




178 -- « Il faudra se détacher de tout ce qui est terrestre »

St. Luc. 17,32 « Souvenez-vous de la femme de Lot !, continua Jésus : Celui qui chercherait à sauvegarder sa vie, la perdrait ; et celui qui la perdra(1) à cause de Moi, la conservera ».



(1) « Perdre sa vie », ou plutôt : avoir l’impression de la perdre, selon la façon humaine et matérialiste de voir les choses. Ce qui signifie qu’il faut savoir renoncer aux avantages temporels, même les plus légitimes parfois, lorsque ce qu’il y a en enjeu est le salut de l’âme.




179 -- Le Jugement dernier


St. Luc. 17,34 « Je vous le dis, poursuivit Jésus, cette nuit-là(1), (alors que) deux seront dans le même lit, l’un sera pris, tandis que l’autre sera laissé ; tandis que deux femmes moudront ensemble, l’une sera prise, l’autre non ; alors que deux se trouveront dans les champs, l’un sera pris, l’autre sera laissé ! »(2)

Les interlocuteurs de Jésus Lui dirent : « Où sera-ce ? » Et Jésus leur répondit : « Où est le cadavre, là se rassembleront les vautours. »(3)



(1) C’est là une expression qui fait image, tout comme l’on dit : « Un jour », il arrivera que...

(2) Allusion, tout d’abord, à la soudaineté du Jugement dernier ; puis allusion à ceux qui « seront pris » auprès de Dieu, pour l’avoir mérité en raison de leur fidélité ; tandis que d’autres, non ; en raison de leur infidélité.

(3) Jésus répond, ici, par antinomie ; c’est-à-dire qu’Il fait allusion à ceux qui auront mérité d’être damnés ; tandis que les autres seront auprès de Dieu.




180 -- Parabole du Juge et de la veuve


St. Luc. 18,1 Et Jésus leur dit une parabole concernant le fait qu’il faut toujours prier, et sans se décourager. Il le fit en ces termes : « Il y avait dans une ville, un juge qui ne craignait pas Dieu(1) et qui ne se souciait pas de l’opinion des hommes. Dans cette même ville se trouvait aussi une veuve qui alla vers lui pour qu’il juge son affaire et qui lui dit : «Faites-moi justice de mon adversaire ! » Mais pendant longtemps, le juge ne le voulut pas.

Cependant, par la suite il se dit : « Malgré que je ne craigne pas Dieu, ni ne tienne compte de l’opinion des hommes, pour avoir la paix, je vais donner suite à la demande de cette veuve ».

Et Jésus dit à ces) gens : « Remarquez bien le comportement de ce juge inique!(2) Et (vous pensez que) Dieu ne ferait pas justice à Ses élus qui crient vers Lui jour et nuit, alors qu’Il se montre patient à leur égard ? Je vous dis qu’Il leur fera (au contraire) promptement justice ! Mais lorsque le 'Fils-de-l’hiomme' reviendra sur terre y trouvera-t-Il encore la Foi ?... »(3)



(1) Craindre Dieu est synonyme ici d’avoir foi en Lui et d’en respecter les conséquences.

(2) Ce qui n’était pas le cas de ce juge, qui est dit « inique » pour cette raison.

(3) Grave réflexion de Jésus faisant allusion ici à la fin des temps, au moment du Jugement dernier...